L’organisation d’un concert est un travail à part entière!

 

 

20120907_32903

 

J’ai souvent eu la chance, plus jeune, d’organiser des concerts : 

Du festival à la prestation dans un bar, nous devions mon groupe et moi, toujours nous adapter en fonction de l’endroit dans lequel on jouait et en fonction du public qui allait nous écouter.

Car jouer dans un bar, dans un festival ou encore sur la place du village n’est pas la même histoire : dans certains cas on ne peut pas faire « péter les Watts !».

 

En premier lieu, chaque groupe digne de ce nom à une « playlist » : une liste de morceaux de musique à proposer aux futurs spectateurs qui représente le style de musique du groupe.

Ensuite, un concert nécessite de trouver les personnes, les organisations qui voudront de notre prestation.

Il faut donc préparer les éventuelles maquettes, flyers et autre support visuel qui nous donnera l’avantage sur la concurrence.

Après avoir cherché, posté des annonces et demandé un peu partout autour de soi, il faut proposer des dates ou accepter celles que l’on nous propose.

 

A partir de là, un véritable calendrier des répétitions doit être établi en fonction de l’échéance.

On retiendra un « minimum syndical » d’une répétition par semaine.

Les musiciens sont réputés pour être des rêveurs, des « glandeurs » et des « jemenfoutistes » ce qui est ma foi un peu vrai.

Mais après tout, qui dirait non à une bonne pizza ou une petite bière au milieu de la répétition?

Non, un vrai groupe de musique organisé se doit de tenir les délais car il sait qu’à la fin des répétitions, il pourra se régaler le jour du concert.

 

Lors des répétitions, chacun amène son matériel personnel chez l’un ou chez l’autre, on peut aussi louer une salle et y amener son matériel personnel ou encore déposer son matériel dans une salle en sécurité et venir les mains dans les poches.

Le jour de la répétition, chaque membre du groupe à travaillé ses morceaux individuellement, de sorte que l’on avance vite dans la mise en place des morceaux.

A la fin de chaque répétition, on établit un bilan, on analyse les morceaux à retravailler et on anticipe les prochains à réviser.

 

Enfin le jour J, on arrive généralement 2 à 3 heures en avance, de sorte que l’on ait le temps d’installer le matériel sur scène, de se placer en fonction des éventuels groupes qui nous précéderont ou nous succéderont, mais aussi de faire la « balance » qui permet de faire les différents réglages son/lumière.

Après s’être accordé avec les techniciens son et les techniciens lumière et après avoir testé quelques morceaux dans l’environnement où se déroule le concert, il faut attendre l’heure du début du concert.

DSC01570

Une fois l’heure venue, c’est à nous de jouer !

Mon père aussi est musicien et joue dans un groupe de rock’n roll 70’s : Mothership ( https://www.facebook.com/mothership.70s/?fref=ts)

C’est d’ailleurs grâce à lui, que j’ai été passionnée de musique.

J’ai souvent été amenée à réaliser des petits films de ses concerts.

De plus, je me concentre maintenant sur l’identité visuelle de son groupe et fait des essais d’affiches :

 

afficheC

Affiche du groupe Mothership pour la fête d’albi du 22 Mai 2016.

 

Written by Saraby

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>